Estives de Goutets

*Minipatte BraxMontagne - Bivouac aux Estives de Goutets*

Ça y est ! il ne pleut pas, il ne vente pas, il ne neige pas! Bon ils
prévoient très chaud, la course cycliste l’Ariégeoise va nous couper la
route mais cette fois, le Bivouac des Minipattes de Brax Montagne aura bien
lieu ! Après plusieurs essais avortés, cette fois sera la bonne.

Nous voilà tous réunis à Salbis, dans la verdoyante vallée de Massat. Il
est midi. Nous avons préparé nos 4 petits ânes ; l’athlétique Kachgar dont
le nom signifie « caverne de Jade », ville de la région autonome ouïghoure
du Xinjiang (Chine), le petit gros Maxou, préféré des enfants, le
compétiteur Oligo et le doux mais têtu Swing.
Ils portent chacun 40 kg, sauf Maxou qui en porte 20 pour pouvoir porter
les plus petits et les plus fatigués.

Nous prenons notre picnic près des voitures puis nous voilà partis pour la
grande ascension jusqu’aux Estives de Goutets avec nos 18 minipattes.
Aujourd’hui notre objectif sera d’éviter les coups de chaud. Heureusement
sur notre chemin nous croiserons tout le long sources, lavoir, ruisseaux
qui nous permettront de nous arroser joliment. Les enfants improvisent des
plongeons de tête sous cascades.

Nous partons de 800m d’altitude et atteindrons les 1400m au « village » de
Goutets.

Dans le monde pastoral français, l’estive est la période de l’année où les
troupeaux paissent sur les pâturages de montagne. Cette période correspond
à la repousse des herbages d’altitude et au moment où les troupeaux sont
chassés des espaces de basse altitude pour laisser place à d’autres types
de culture. Elle prend fin lorsque le froid renvoie les troupeaux dans la
vallée et la plaine.

L’estive désigne aussi ces pâturage d’altitude. Utilisées par les bergers à
l'issue des transhumances, les estives se situent au-dessus de l'habitat
permanent. Elles ne sont exploitées que pendant la période estivale.

Une des cabanes de l’Estive de Goutets est d’ailleurs habitée par un couple
et un enfant.
Durant la montée, Maxou porte des enfants à tour de rôle. Après avoir
quitté le village de Carol, nous croisons un troupeau de chèvres, des
chevaux, nous traversons une forêt, puis nous arrêtons pour une bonne pause
bien méritée. Les ânes goûtent, les enfants les décorent avec des
pâquerettes, les grands roupillent.

C’est maintenant une piste forestière qui nous mène après quelques épingles
à cheveux jusqu’aux Estives. Nous sommes accueillis « fraîchement » par la
bergère qui nous explique quelques règles pour ne pas déranger le troupeau,
en particulier une vache qui vient d’avoir un petit veau. Nous les
observerons de loin (la vache et son veau J)

#img3"
Au milieu de ce paysage idyllique, une source d’eau potable nous permet de
refaire le plein d’eau.

A programme cette fin d’après-midi, baignade dans le ruisseau, défi de
mettre la tête sous l’eau, chasse aux tritons, plantage de tente, ramassage
de bois sec, taille de bâtons, construction d’arc…

Coucher de soleil…

Après un bon taboulé, saucisses grillées au feu de bois, ratatouille, c’est
l’heure tant attendue des brochettes de chamallows et bananes au nutella.

On est bien loin des repas lyophilisés…

Il est 11h et nous voilà tous équipés et près à gravir de nouveaux sommets…
ou de nouvelles collines J
Ce matin, après un réveil qui sort de l’ordinaire, une équipe de courageux
est montée aux aurores courir au pic des trois Seigneurs, 2199m d’altitude.
Nous avons brossé et soigné nos quatre compagnons poilus, puis nettoyé
notre bivouac pour rendre l’endroit aussi beau qu’à notre arrivée la
veille, sans trace aucune de notre passage.

Nous continuons de monter au-dessus de notre campement pour rejoindre un
petit chemin à flanc. Les quelques ruisseaux à traverser ne sont pas au
goût des ânes et ils auront besoin de nos encouragements et tapes sur la
croupe.

Après une bonne heure de marche, notre équipe s’installe au milieu de la
forêt, au frais, pour le pic Nic.
Puis nous attaquons la redescente sur la piste. Trois des ânes peuvent
porter les enfants aujourd’hui. Nos minipattes en profitent aux max. Même
ceux qui avaient peur la veille se décoincent.

Enfin nous atteignons la rivière tout en bas et le grand plouf tant
attendu !

Nous avons parcouru 13,5km et 650m de dénivelé. Bravo les petits
champions !!

Un avis sur “Estives de Goutets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.